sterilisateurs chlore gazeux,  - l'elevage intensif de poissons, création d'une ferme aquacole, créer une ecloserie, stérilisation de coquillage, purification de coquillage, matériel en aquaculture, materiel de ferme aquacole, etude pisciculture, création d'une pisciculture, le matériel en pisciculture, projet de conchyliculture,bureau d'etudes et conseil en aquaculturesterilisateurs chlore gazeux,  - l'elevage intensif de poissons, création d'une ferme aquacole, créer une ecloserie, stérilisation de coquillage, purification de coquillage, matériel en aquaculture, materiel de ferme aquacole, etude pisciculture, création d'une pisciculture, le matériel en pisciculture, projet de conchyliculture,bureau d'etudes et conseil en aquaculturesterilisateurs chlore gazeux,  - l'elevage intensif de poissons, création d'une ferme aquacole, créer une ecloserie, stérilisation de coquillage, purification de coquillage, matériel en aquaculture, materiel de ferme aquacole, etude pisciculture, création d'une pisciculture, le matériel en pisciculture, projet de conchyliculture,bureau d'etudes et conseil en aquaculture
AQUALOG
¤ Accueil
¤ News
¤ Ingénierie aquacole
¤ Nos réalisations
¤ Où nous trouver
¤ Contact
¤ Jobs, stages
¤ Les Bonnes Affaires
¤ Acces client

Ferme aquacole, Ecloserie
¤ Ferme aquacole
¤ Ecloserie marine

Purification coquillages
¤ Purification conchylicole
¤ Capacité des stations

Conditionnement
¤ Unité de Conditionnement

Aquarium Public
¤ Aquarium public et privé
¤ Muséographie

Démarche de Qualité et d'agrément
¤ Normes sanitaires
¤ Contrôle et Certification

Etude d'impact
¤ ICPE et Etudes d'Impact

Conseils Techniques Aquacoles
¤ Aération
¤ Alimentation
¤ Conditionnement
¤ Electricité énergie
¤ Enceintes élevages
¤ Filtration
¤ Mesures et analyses
¤ Navigation
¤ Pompage
¤ Produits et traitements
¤ Stérilisation
¤ Thermique
¤ Transformation
¤ Tri et comptage
¤ Services
¤ Formation
¤ Instituts d'aquaculture

Stérilisateurs chlore gazeux

    *  Principe de procédé de purification

Le procédé consiste à injecter dans l’eau d'un bac tampon, du chlore gazeux pur contenu dans une bouteille de 50 kilogrammes.

    * Désinfection des eaux de consommation

Les dosages qui sont utilisés pour l'action virulicide sur les eaux de consommation sont de 0,3 à 0,5 g/m3 avec un temps de contact de 30 à 45 minutes. Le dosage moyen de traitement que nous retenons pour cette application est compris entre 0,4 et 0,6 gramme de chlore par mètre cube d’eau traitée (0,6 g/m3 ou 0,6 ppm). Plutôt que d’augmenter le dosage, il est en effet préférable d' augmenter les temps de contact.
Le résultat virulicide est identique, mais on évite ainsi de provoquer des goûts, on économise le chlore et le temps d'attente après traitement est diminué. Les dispositifs de mise en oeuvre permettent, d'augmenter ou de diminuer rapidement momentanément ou pas, ce dosage, si nécessaire.

    * Désinfection des eaux usées

Compte-tenu que ces eaux sont plus chargées organiquement et peuvent contenir des virus ou bactéries indésirables, le taux de traitement est très nettement augmenté et sera de 2 à 5 g/m3 d'eau traitée. Le temps de contact nécessaire à cette désinfection est de l'ordre de 30 à 45 minutes. L'eau sera retenue de 2 à 3 heures avant d'être rejetée et ne devra plus contenir de chlore libre lors de son rejet dans le milieu naturel.

    * Application spécifique à l’eau de mer

L'objectif spécifique recherché est d'éliminer les virus et les bactéries. L'élimination de l'organisme vivant s'effectue en 2 temps :
1) Le chlore (ou l' acide hypochloreux) pénètre à l'intérieur en diffusant à travers sa membrane cytoplasmique.
2) Une fois "entré" dans la cellule, il bloque son activité enzymatique et "asphyxie" ainsi le micro-organisme.
La chloration de l'eau de mer est un peu particulière de par la présence d'ions bromure lesquels, sous l'action du chlore, donnent lieu à un mélange d'acide hypobromeux et d'ions hypobromites.
Ces deux corps interviennent exactement comme l'acide hypochloreux et l'ion hypochlorite au niveau de l'action bactéricide et virulicide.
L'eau de mer ainsi chlorée est laissée 1 à 2 heures au repos avant de la transférer au bassin de coquillages, (remarque : l'eau doit être désinfectée mais ne doit plus être désinfectante).
Pendant cette période :
- le chlore opère son action bactéricide et virulicide.
- Le résiduel de chlore diminue lentement (par réaction chimique, dégazage, etc.)
Après disparition du chlore, on transfère l'eau au bassin de coquillages. Aucun rajout d'eau n'est prévu pendant les 48 heures de stabulation.
Après 48 heures, les eaux de bassine sont rejetées dans les bassins en aval (voir éventuellement Désinfection des eaux usées).

    * Analyse technique du procédé

a) Efficacité du procédé sur la purification de l'eau :
Très connu et très utilisé, ce procédé est réputé efficace quels que soient le type d'eau, les concentrations de germes, le type de germes et les autres constituants de l'eau (matières en suspension, colloïdes).
On retrouve l'utilisation du chlore gazeux pour la désinfection des eaux potables (forages ou eaux de surface), des eaux usées, (urbaines ou industrielles), des eaux de piscines (municipales, thalassothérapie, piscines d'eau de mer couvertes ou découvertes).

b) Effet du procédé sur la qualité organoleptique du coquillage :
La chloration de l'eau de mer est sans effet sur le coquillage, dès lors que l'on respecte le dosage utile et le temps d'élimination du chlore libre.
Ce phénomène est accentué par la température, l'aération et les rayons solaires. Le chlore libre résiduel est mesuré avec une cellule au cours d'un test simple effectué en 30 secondes.

c) Souplesse de gestion des équipements :
L' automatisme de démarrage est associé au remplissage du bac tampon. Le dosage de traitement de chloration est déterminé lors des premières opérations et n'a pas lieu d'être révisé fréquemment.
Le changement de bouteille de réactifs est peu fréquent et ne demande que quelques minutes.

d) Niveau de maintenance :
Les équipements sont sélectionnés pour travailler de façon habituelle dans un milieu corrosif et humide.

    * Répercussions au niveau de la sécurité du personnel

Si le chlore est simple à mettre en oeuvre, il n'en reste pas moins un gaz toxique dangereux. Les précautions d'usage touchent principalement les éventuelles fuites de gaz. C'est la raison pour laquelle les milliers d'installations françaises de chlore gazeux fonctionnent à 99 % sous vide. Ceci implique que toute défaillance électrique et/ou hydraulique interrompt avant tout l'arrivée de chlore. Le risque de fuite est donc connu et limité à la seule pose d'un chloromètre lors du changement de bouteille. Au cours de cette manipulation, une attention toute particulière est demandée, en tenant compte des précautions usuelles, à savoir :
- porter le masque à chlore, après avoir vérifié son fonctionnement et sa date limite d'utilisation,
- s'assurer de la fermeture de la bouteille avant toute intervention,
- déposer le chloromètre en présence d'un témoin se tenant à l'écart.
- changer le joint d'étanchéité à chaque manipulation (valeur du joint-plomb = 3,00 F),
- après remontage du chloromètre, vérifier l' étanchéité du serrage avec un chiffon imprégné d'ammoniaque en flacon ( si fuite, vapeurs blanches ).
Lorsque cette opération est correctement effectuée, il n'y a aucun risque de fuite.


 


 Pour Contacter Aqualog


aqualog@aqualog.fr                Tél. : 0033 (0)4 94 10 26 26

 

 



RETOUR


AQUALOG
Bouée Borha
Corniche du Bois Sacré
Espace J. GRIMAUD
83500 LA SEYNE SUR MER - FRANCE
Tél. : +33 (0)4 94 10 26 26 - Fax : +33 (0)4 94 10 26 30

E-mail : aqualog@aqualog.fr

© 2008 - 2017 www.aqualog-international.com

Haut